L’Homme, un animal comme les autres ?

Petit préambule sur l’histoire de l’Homme

300px-Tree_of_life_by_Haeckel

Voici « l’arbre de la vie » dessiné par Ernst Haeckel en 1879. Il présente l’intégralité des espèces connues à cette époque et réparties par catégories et branches. On peut observer qu’en haut de l’arbre se situe l’Homme. Notre espèce est mise à part et est présentée comme une sorte d’espèce ultime du règne animal (les autres sont sur des branches inférieures, comme des prototypes ratés avant l’Homme). En langage courant “les animaux” désignent d’ailleurs souvent l’intégralité des animaux, sauf notre espèce.

L’Homme est pourtant bien un animal comme les autres scientifiquement parlant ; mais il présente des caractéristiques très spéciales qui nous détachent fortement du reste du règne animal. En quoi la biologie humaine est elle incroyable ?

Comparer l’Homme à l’animal  

La première particularité que nous avons choisi de présenter est sans doutes la plus évidente, c’est celle du cerveau et de l’intelligence humaine. Les humains font partie de l’espèce possédant le plus de capacités cognitives du règne animal. Si nous ne sommes pas les seuls à pouvoir ressentir des émotions, aucunes autres espèces n’en a de si complexes. Le concept de créativité et d’inventivité est également propre à l’Homme. Pourtant notre cerveau est loin d’être le plus gros, que ce soit en taille ou proportionnellement à la taille du corps.

Si tous les primates peuvent émettre des sons, seul l’Homme peut parler. En effet, notre os hyoïde (connu pour être le seul os n’étant pas rattaché à un autre os) est en forme de fer à cheval, ce qui nous permet d’articuler et donc d’émettre des sons variés et maîtrisés. Comme dit précédemment, l’Homme possède le cerveau le plus développé du règne animal. La complexité de cet organe rend sa maturation extrêmement lente ; un humain met donc énormément de temps pour atteindre son état cérébral adulte. Il en va de même pour la majorité des organes du corps humain. L’Homme fait donc partie des espèces avec l’enfance la plus longue. La mortalité due à l’accouchement (pour la mère comme pour l’enfant) est particulièrement forte chez les humains. L’évolution nous a fait marcher sur deux jambes, ce qui a modifié la taille et la forme du  bassin. Combiné avec le fait que le crâne humain soit grand par rapport à la taille de notre corps, l’accouchement est devenu dangereux pour notre espèce.

konbini-gorille

Enfin, si l’on se compare avec nos cousins les primates, notre corps nous apparaît plus nu et moins poilu. Pourtant cette affirmation n’est qu’à moitié vraie : un centimètre carré de peau humaine a en moyenne plus de poils que chez n’importe quel primate. En effet, nous disposons d’un petit duvet nous protégeant la peau et notre pilosité est particulièrement fine.

Malgré toute la volonté de certains à placer l’Homme en haut du règne animal, on réalise que celui-ci a sa place parmi les animaux, et non pas au-dessus. Et c’est parce que nous avons eu la chance d’évoluer ainsi qu’il est de notre devoir de protéger notre planète.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. emmadikongue dit :

    Cet article est très intéressant ! 🙂 Cependant, je me pose une question : sommes-nous réellement l’espèce avec la plus longue enfance ? Je pensais que les dauphins aussi avaient une enfance assez longue (comparée à leur longévité). Mais peut-être que je me trompe…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s